FacebookTwitter

Le coup blues de l’entrée dans la période hivernale…

Par , le 6 Nov 2017 dans Divers | 0 Commentaire

Marjorie Bellanger-Berthelot Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

La nuit tombe plus vite, le froid arrive… On estime qu’entre 10 et 20% d’entre nous souffrent de dépression saisonnière. Si vous aimeriez vous transformez en marmotte et vous isolez jusqu’au printemps, c’est peut-être votre cas. La dépression saisonnière ou trouble affectif saisonnier débute généralement en ce moment et s’envole aux beaux jours.  Les femmes y seraient plus sensibles. De diverses intensités, du coup de blues à la dépression, ce mal-être est à prendre au sérieux et peut être très difficile à vivre. Pour commencer, en prendre conscience, c’est déjà un grand pas vers la guérison. Vous allez pouvoir mettre des stratégies en place pour vaincre cette période délicate. La première cause de dépression saisonnière est le manque de lumière. C’est pour cela qu’elle est plus présente dans les pays nordiques. Les rayons lumineux qui pénètrent dans l’oeil activent la sécrétion de la sérotonine. Le manque de sérotonine joue sur l’humeur, mais pas seulement .  La sérotonine  régule la mélatonine, l’hormone du sommeil, et son déficit se répercute donc aussi sur nos nuits… Bref, vous l’aurez compris, première chose à faire: on ouvre les volets, on sort, on s’expose à la lumière !

Les symptômes de la dépression saisonnière sont:

C’est variable selon les personnes et  plus ou moins fort…

Alors quoi faire ?

Si vous vous sentez dépressif plus que déprimé, consultez un médecin.

Sinon, vous pouvez déjà mettre en place quelques recettes miracles:

Maintenant que vous savez, que vous avez pris conscience que vous souffrez de ce mal hivernal, agissez et agissez en vous occupant de vous !

 

Envoyer votre Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *